ENZHRU
 

La collection d’horlogerie

Pendule avec Uranie
pendule à l’amour sur un char
Pendule chambre d’Anne d’Autriche
Pendule salon du prince Impérial

Une exceptionnelle collection d’objets d’art

Depuis avril 2008, les mouvements de 31 pendules présentées au sein du château de Fontainebleau font l’objet d’une importante campagne de restauration permise grâce au mécénat de Rolex.
Confiée à un horloger agréé des Monuments historiques, la restauration progressive de chacun des mécanismes de ces objets de précision permet de rythmer la vie dans ces lieux chargés d’histoire et ouverts au public 310 jours par an.

Emblématiques de l’art horloger des XVIIIe et XIXe siècles, ces pendules constituent à la fois des objets d’art et des instruments scientifiques. Disposées sur les cheminées des pièces principales des appartements, les 31 pendules concernées par le mécénat de Rolex sont réparties dans le musée Napoléon Ier, l’appartement du Pape, l’appartement des Chasses, les Petits Appartements des Souverains et dans les espaces récemment restaurés que sont le théâtre Impérial, le cabinet de travail de Napoléon III et le salon des Laques d’Eugénie. Le mécénat de Rolex a également permis la restauration de l’horloge du clocher de la chapelle de la Trinité.

À l’éclectisme des formes des caisses des pendules (à sujet, en portique, en borne, en temple…) répond celui des matériaux (bronze patiné ou doré, cuivre, laiton, écaille, porcelaine, biscuit, marbre…) et celui des décors (rinceaux, palmettes, amours et chérubins, allégories, héros et autres références mythologiques…).

Toutes ont en commun la qualité de leur exécution et la précision de leur mouvement. Ces derniers n’avaient cependant, pour la plupart, pas fait l’objet de restauration ni même été révisés depuis l’après-guerre.

Usage et conditions de conservation

Éléments constitutifs de l’ameublement des appartements, les pendules y sont présentées en permanence. Néanmoins, les conditions – idéales – de conservation de ces objets d’usage sont rarement réunies dans les lieux mêmes où ils sont exposés. L’extraordinaire richesse et le caractère particulièrement complet des ameublements des appartements du château de Fontainebleau font voisiner dans une même pièce un très grand nombre d’œuvres d’art de natures et de matériaux différents (bois, textiles, métaux, peintures, laques et vernis) ; lesquels requièrent des conditions de conservation souvent antagonistes. Ainsi, l’humidité relative – élevée – à Fontainebleau est certes bénéfique à une grande partie des œuvres (mobilier, boiseries) et dans une certaine mesure à certaines caisses de pendules, mais elle est difficilement compatible avec la conservation et le maintien en état de marche de leurs mouvements. Ajoutons enfin que les mesures de conservation préventive portent en premier lieu sur ce qui est apparent ou visible (la caisse, le cadran, les aiguilles). Au cours du XIXe siècle, pour juguler les problèmes d’empoussièrement et les protéger, certaines de ces pendules ont été placées sous des cloches et des globes de verre. La fragilité de ceux-ci, l’usage et l’évolution du goût ont entraîné progressivement leur disparition.

La restauration

La restauration des pendules a été rendue possible grâce au mécénat de Rolex. L’intervention de la Maison Arvaud a principalement porté sur le nettoyage des pièces soumises à l’oxydation (rouille, grippages) et au manque d’entretien régulier de ces mécaniques. Alors que chacun des 31 objets d’art est dans un état de conservation satisfaisant à très satisfaisant, le diagnostic de l’horloger est en effet beaucoup plus mesuré s’agissant du mouvement. Il peut arriver parfois que des pièces manquent. Elles sont alors refaites à l’identique dans des métaux analogues (acier, fer, cuivre, plomb, laiton). La difficulté principale consiste à faire fonctionner à nouveau des mouvements endommagés depuis longtemps, dont les matériaux ne sont pas au même stade de vieillissement. Respectueuse de l’intégrité de chaque mouvement, cette restauration est conduite de manière à en conserver la plupart des pièces. Une gageure quand on sait que presque toutes les pendules de Fontainebleau possèdent leur mouvement d’origine !

L’entretien et la maintenance

Le fonctionnement des pendules du château constitue une animation appréciée du circuit de visite. Cet usage quotidien implique un travail d’entretien et de maintenance sur ces objets au mécanisme fragile, subissant au quotidien les aléas climatiques des salons du château de Fontainebleau. Afin d’assurer la bonne marche des 35 pendules encore en mouvement au château et de poursuivre ses efforts de valorisation, Rolex a proposé d’apporter son aide pour assurer l’entretien et la maintenance de la collection de pendules pour une durée de trois ans. À raison de deux passages par mois, la Maison Arvaud veille au bon fonctionnement des mécaniques et effectue les réparations régulières.

Espace presse | Mécénat | Locations | Groupes et professionnels | Établissement public | Marchés publics